FFO 21

Du 21 au 29 mars dernier, le Festival du Films de l’Outaouais a permis, une fois de plus, aux cinéphiles de la région de visionner 70 long-métrages en provenance de plus de 20 pays différents.

Le jour d’avant – 21 mars 2019

Le jour d’avant, nous avons eu la chance de visionner deux courts-métrages ainsi qu’un épisode de la websérie « Le monstre » dont la présidente d’honneur, Rose-Marie Perreault, incarne le personnage principal.

LE MONSTRE

Synopsis:
Le Monstre raconte l’histoire de Sophie, 18 ans, qui fait la rencontre de M, un être charismatique dont elle tombera rapidement amoureuse. « C’est l’homme de ma vie », l’entend-on dire très tôt après leur première rencontre brûlante. Mais cet être charmant cache une âme sombre. Après un début de relation passionnel, l’amour se transformera rapidement en un véritable cauchemar marqué par la manipulation, l’oppression, la brutalité et la culpabilité.

Bande-annonce

SAMI

En résumé, «Sami», mettant en vedette Émile Schneider, est un court-métrage d’anticipation où un jeune soldat conscrit se retrouve au front dans une guerre sans nom. Seul dans sa tranchée, l’ennuie qui devient son plus grand ennemi. C’est au fond de son trou qu’il trouvera un réconfort inattendu.

L’ouverture – 22 mars 2019

Lors de l’Ouverture, en présence de nombreuses personalités, c’est « Le Mystère Henri Pick » qui a démarré le Festival. Lors de cette soirée, en plus de présenter un film incroyable, le président et fondateur du FFO, Didier Farré, a mis aux enchères une bouteille Angelus 1982 (Même cuvé que James Bond buvait dans Casino Royal).

LE MYSTÈRE HENRI PICK

Synopsis;
Dans une étrange bibliothèque au cœur de la Bretagne, une jeune éditrice découvre un manuscrit extraordinaire qu’elle décide aussitôt de publier. Le roman devient un best-seller. Mais son auteur, Henri Pick, un pizzaïolo breton décédé deux ans plus tôt, n’aurait selon sa veuve jamais écrit autre chose que ses listes de courses. Persuadé qu’il s’agit d’une imposture, un célèbre critique littéraire décide de mener l’enquête, avec l’aide inattendue de la fille de l’énigmatique Henri Pick.

Critique par ici

Le Festival – 21 au 29 mars 2019

Pour la suite du festival, les cinéphiles ont pu visionner des films de toutes provenances et genres. De la romance au documentaire, chaque film a attiré des milliers de festivaliers.

Parmi ceux que j’ai visionné (mis à part ceux du jour d’avant, de l’ouverture et de la fermeture), voici ceux que je vous recommande de voir si vous en avez l’occasion:

Astérix et le Secret de la Potion Magique

Synopsis:
À la suite d’une chute lors de la cueillette du gui, le druide Panoramix décide qu’il est temps d’assurer l’avenir du village. Accompagné d’Astérix et Obélix, il entreprend de parcourir le monde gaulois à la recherche d’un jeune druide talentueux à qui transmettre le Secret de la Potion Magique…

Critique par ici

Mia Et Le Lion Blanc

Synopsis:
Mia a onze ans quand elle noue une relation hors du commun avec Charlie, un lion blanc né dans la ferme de félins de ses parents en Afrique du Sud. Tous deux grandissent comme frère et sœur et deviennent vite inséparables. Trois ans plus tard, Charlie est devenu un lion imposant. Mia découvre alors le secret que cache la ferme : son père vend les lions à des « chasseurs de trophées ». Mia n’aura désormais qu’une obsession : sauver Charlie, à tout prix.

Critique par ici

La Chute de L’Empire Américain

Synopsis: À 36 ans, malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une compagnie de livraison. Un jour, il est témoin d’un hold-up qui tourne mal, faisant deux morts parmi les gangsters.

Critique par ici

1991 – Critique à venir sous peu

Synopsis:
Ricardo a maintenant 21 ans. Quand l’amour de sa vie lui demande de l’accompagner en Italie pour suivre des cours d’été, le jeune homme ne peut s’empêcher d’accepter son invitation. Sur sa route, il rencontre une panoplie de personnages colorés, dont le bohème Arturo et le séducteur Mamadou, à travers lesquels il apprendra des leçons de vie importantes et nécessaires.

Au Bout Des Doigts – Critique à venir

Synopsis:
La musique est le secret de Mathieu Malinski, un sujet dont il n’ose pas parler dans sa banlieue où il traîne avec ses potes. Pierre Geitner, directeur du Conservatoire National Supérieur de Musique a décelé en Mathieu un futur très grand pianiste qu’il inscrit au concours national de piano.

Normandie Nue – Critique à venir

Synopsis:
Au Mêle sur Sarthe, petit village normand, les éleveurs sont touchés par la crise. Georges Balbuzard, le maire de la ville, n’est pas du genre à se laisser abattre et décide de tout tenter pour sauver son village…
Le hasard veut que Blake Newman, grand photographe conceptuel qui déshabille les foules, soit de passage dans la région. Balbuzard y voit l’occasion de sauver son village. Seulement voilà, aucun normand n’est d’accord pour se mettre à nu…

Les festivaliers ont aussi pu participé à des activités et à des classes maîtres:

Le 21 mars (Vendredi), le festival a tenu deux activités. La première était un atelier de jeu et casting pour le cinéma. Dans cette dernière, les acteurs et actrices de la région ont pu découvrir « leur type cast », c’est-à-dire le(s) rôle(s) type(s) qu’ils sont le plus susceptible de jouer basé sur la première impression. Ils ont aussi pu observer diverses techniques de jeu.

Par la suite s’est tenu un dîner de l’industrie où les professionnels de la région et de l’extérieur étaient invités à venir discuter des nouvelles réalités des plateaux de tournage. Par exemple, certaines séries ont désormais des chaperons sur les plateaux qui s’assurent que la sécurité de tous et chacun est respectée et qu’il n’y ait pas d’écart de conduite ou, encore, dans le cas des scénaristes, certains projets se font refuser, non pas pour leur manque de qualité, mais bien parce qu’ils n’écrivent pas sur une réalité qu’ils connaissent. Les personnes participant au dîner ont ainsi pu échanger sur des solutions possibles et sur la façon de s’adapter aux changements.

Nathalie Duchesne et Rose-Marie Perreault

Le 22 mars, une classe maître sur la relation entre agents et artistes donnée par Rose-Marie Perreault et Nathalie Duchesne (Agence Duchesne) a attiré autant des professionnels que des gens intéressés par le métier d’acteur. Durant cette échange, le public a ainsi pu en apprendre plus sur la façon dont un agent travaille en coulisse.

La clôture – 29 mars

Le 29 mars dernier avait lieu la journée de clôture du festival. C’est dans une salle pleine que « L’empereur de Paris » mettant en vedette Vincent Cassel a été présenté.

L’EMPEREUR DE PARIS

Synopsis:
Sous le règne de Napoléon, François Vidocq, le seul homme à s’être échappé des plus grands bagnes du pays, est une légende des bas-fonds parisiens. Laissé pour mort après sa dernière évasion spectaculaire, l’ex-bagnard essaye de se faire oublier sous les traits d’un simple commerçant. Son passé le rattrape pourtant, et, après avoir été accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, il propose un marché au chef de la sûreté : il rejoint la police pour combattre la pègre, en échange de sa liberté.

C’est aussi lors de cette soirée que les Totems d’Or, trophées officiels du FFO ont été remis.

PRIX DU JURY – SAUVER OU PÉRIR

Mettant en vedette Pierre Niney et Anaïs Demoustier, le film raconte l’histoire bouleversante d’un pompier victime d’un accident, alors qu’il se sacrifie pour sauver un homme. À son réveil dans un centre de traitement des Grands Brûlés, il comprend que son visage a fondu dans les flammes. Il devra réapprendre à vivre, et accepter d’être sauvé à son tour.

Distribué par A-Z Films au Québec, le film a pris l’affiche le 29 mars dernier.

PRIX DE LA CRITIQUE – LES CHATOUILLES

Lancé au Festival de Cannes dans la section Un Certain regard et lauréat de 2 César, Les Chatouilles mettant en vedette Andréa Bescond, Karin Viard, Clovis Cornillac qui raconte une histoire d’agression d’une petite fille par un ami de la famille.

Les Chatouilles est distribué par AZ Films et prendra l’affiche le 9 août 2019. (FFO)

PRIX DU JURY ÉTUDIANT – SAUVER OU PÉRIR

*Voir plus haut pour synopsis et bande-annonce*

Cette année, le jury étudiant était composé de cinq élèves de 15 à 18 ans en provenance des écoles secondaires Nicolas-Gatineau, De La Salle et Grande-Rivière ainsi que du Cégep de L’Outaouais.

Voici une entrevue que j’ai fait avec deux des membres du jury étudiant

Gabriel – Collège De la Salle

Comment as-tu trouvé ton expérience avec le Jury Étudiant?
C’était la première fois que je faisais quoi que ce soit dans ce genre au niveau de la critique de films. Mis à part des cours, c’était vraiment la première fois que je faisais ça dans le contexte d’un festival. J’ai vraiment aimé ça, c’était vraiment une belle expérience. À la fois pour apprendre à faire ce genre de métier et aussi parce que c’était vraiment amusant.

Parles-moi un peu des films que vous avez vu.
On a vu cinq films. Ce que j’ai trouvé intéressant, c’est que c’était les mêmes films pour le jury étudiant que pour le jury parce que ça montre vraiment comment certaines personnes pensent par apport à leur âge. Je trouve que c’était une sélection très intéressante et variée. Il y avait aussi beaucoup de style de films, dans l’ambiance et dans la façon de filmer. Je trouve que c’était une très belle sélection.

Est-ce que tu souhaites travailler dans le cinéma plus tard?
Non, mais c’est quelque chose qui m’intéresse quand même. Je trouve que c’est un monde très intéressant.

Est-ce que tu as eu la chance de voir d’autres films durant le festival?
Oui, 1991, La révolution silencieuse et Au bout des doigts.

Comment s’est passé la délibération?
Ça s’est très bien passé. On mangé et on a jasé. C’est vraiment une chance de connaître plus personnellement les autres membres du jury et de discuter de ce qu’on pensait des films.

Alisson – École secondaire Grande-Rivière

Comment as-tu trouvé ton expérience avec le Jury Étudiant?
J’ai toujours adoré les films, donc, pour moi, c’était une chance que j’ai eu grâce à ma professeure. Elle savait que j’avais toujours adoré le cinéma, donc elle m’a inscrite au jury. […] ça nous donne la chance de voir beaucoup de films que l’on aurait pas vu autrement. On a vu beaucoup de films français ainsi qu’une coopération France-Maroc.

Est-ce que tu souhaites travailler dans le cinéma plus tard?
Oui, j’aimerais ça travailler dans le cinéma plus tard. Derrière la caméra, par contre. Je souhaite étudier à Félix-Leclerc dans leur programme en cinéma.

Quels films avez-vous avec le jury?
Amanda, Tout ce qui nous reste de la révolution, Rock the Cashbah, Sauver ou périr et Le mystère Henri Pick.

Comment s’est passé la délibération?
On a été vraiment chanceux, parce que il y a un film qui est sorti plus que les autres. On s’était fait chacun

PRIX DU PUBLIC – L’INCROYABLE HISTOIRE DU FACTEUR CHEVAL

Le public a couronné la comédie dramatique mettant en vedette Jacques Gamblin, Laetitia Casta, Bernard Le Coq d’après l’histoire vraie du Facteur Cheval, un homme ordinaire qui a passé 33 ans de sa vie à construire un palais pour sa fille.

Distribué au Québec par A-Z Films, il prendra l’affiche le 5 juillet prochain.

C’est ce qui résume cette 21e édition! Marquez vos calendriers! La 22e édition du Festival du Film de l’Outaouais se déroulera du 19 au 27 mars 2020 à Gatineau!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *