La bolduc: un film à voir

Bonjour tout le monde!

Le 6 avril dernier, un des films les plus attendus de l’année par les québécois est arrivé sur nos écrans partout à travers le Québec! Ce film biographique, réalisé par François Bouvier, raconte l’histoire de Mary Travers, une mère de famille pauvre et sans éducation qui se lance dans une carrière de chanteuse folklorique afin de sortir sa famille de sa misère.  Au travers de ses péripéties familiales, de la lutte des droits de la femme, de sa carrière ainsi que de sa relation avec sa fille aînée, nous découvrons l’histoire de La Bolduc.

Le scénario est tout simplement génial! Plusieurs angles auraient pu être pris quant à la façon de traiter le succès de La Bolduc, mais l’angle prit est tout simplement idéal. En se concentrant sur la relation que Mary avait avec sa fille aînée et comment cette dernière percevait le succès de sa mère, cela apporte une touche au film des plus intrigantes. En effet, étant un côté de l’histoire peu connu, nous sommes immédiatement aspiré dans l’univers de cette chanteuse. Cet angle nous donne aussi l’occasion de percevoir l’arrière du décor, de comprendre tout ce qui se cache derrière le succès qu’a eu Mary au cours de sa carrière.

Parlons maintenant du jeu des acteurs, Debbie Lynch-White (Mary Travers) est tout simplement incroyable dans son rôle. Que ce soit dans les moments de silence ou encore lorsqu’elle délivre chacune de ses répliques, on peut percevoir la sincérité ainsi que le fil de pensées qui percent dans ces derniers. De plus, malgré leur différence de personnalité ainsi que leurs différents tout au long du film, il est possible de voir la complicité qui existe entre Émile Proulx-Cloutier et Debbie Lynch-White dans chacune de leur scène. C’est ce qui rend leurs interactions si intéressantes à l’écran et qui ajoute du réalisme à la relation de leurs personnages puisque on peut ainsi voir en permanence l’amour que les deux personnages ont l’un pour l’autre et ce, malgré les moments difficiles.

En ce qui a trait au chant, nous avons l’impression de redécouvrir les grands classiques de la Bolduc lorsqu’elle performe. Tout au long du film, nous n’avons qu’une envie, taper des mains et l’accompagner. Le film nous fait par ailleurs découvrir les histoires et les situations qui se cachent derrière chacune des chansons de La Bolduc. Le film nous montre aussi, au travers de la musique la relation particulière qu’elle entretenait avec le public ainsi que sa grande passion pour la musique.

Parlons maintenant de la cinématographie de Ronald Plante. On voit que chaque plan a été pensé et calculé avec passion et détail. Aucun plan n’y a pas sa place et l’aspect esthétique de chacun de ces derniers nous entraîne plus profondément dans l’univers de l’histoire. En effet, les couleurs chaudes de l’image rend l’histoire chaleureuse et nous donne l’impression d’être assis dans une salle de spectacle privée, d’avoir un regard unique et intime sur la vie de cette grande dame du Québec.

Pour finir, je recommande le film à tous! Que vous soyez petits ou grands, jeunes ou moins jeunes, il s’agit du film à voir dès sa sortie en salles le 6 avril prochain! Et si vous l’avez déjà vu et que vous l’avez aimé, parlez-en! Plus un film est vu dans les deux premières semaines suite à sa sortie, meilleures sont ses chances de rester en salle longtemps!

Bon visionnement!

Quelques faits sur La Bolduc et le film:

  • Sa tournée à débuter en mai 1031 à  Hull, Québec.
  • Il y a deux participations spéciales dans le film: Serge Prostigo et Yan England
  • La première mondiale du film s’est déroulée au FFO 2018 (Festival du Film de L’Outaouais) dans la même ville où a eu lieu son premier spectacle.

PS: N’hésitez pas à taper des mains pour accompagner les chansons! Lors du visionnement au FFO, les applaudissements au générique se sont transformés en clappements au rythme de la musique, en faisant un moment magique!

Voici la bande-annonce ainsi que quelques photos de la première mondiale!

 

Debbie Lych-White, Émile Proulx-Cloutier et François Bouvier
Rose-Marie Perreault
Debbie Lych-White, Émile Proulx-Cloutier et François Bouvier
Rose-Marie Perreault, François Bouvier, Maryse Gaudreault., Didier Farré et Émile-Proulx Cloutier
Debbie Lynch-White (Mary Travers) et Rose-Marie Perreault (Denise Bolduc)
Émile Proulx-Cloutier (Édouard Bolduc) et Debbie Lynch-White (Mary Travers)
Debbie Lynch-White, Émile Proulx-Cloutier et Frédéric Ouellet
Debbie Lynch-White, Émile Proulx-Cloutier et Frédéric Ouellet
Debbie Lynch-White, Émile Proulx-Cloutier et Frédéric Ouellet
Debbie Lynch-White chantant une des chansons de La Bolduc
Debbie Lynch-White chantant une des chansons de La Bolduc
Debbie Lynch-White chantant une des chansons de La Bolduc
Rose-Marie Perreault et François Bouvier
Debbie Lynch-White, Émile Proulx-Cloutier, Rose-Marie Perreault et François bouvier
Rose-Marie Perreault et Didier Farré
Marc Carrière, François Bouvier et Rose-Marie Perreault

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *