Valérian/Valerian

ENGLISH BLEOW 😀 

Bonjour tout le monde!

Aujourd’hui, je vous parle d’un film basé sur une bande-dessinée française et qui est arrivé sur nos écrans jeudi dernier. Il a été réalisé et écrit par Luc Besson qui est connu pour « The Fifth Element » et « Lucy ». Je parle, bien sûr, de «Valérian et  la Cité des Milles Planètes».

Basé sur le sixième album de la bande-dessinée, le film présente l’histoire de deux agents spéciaux, Valerian et Laureline, qui doivent identifier une menace planant sur Alpha, une vaste métropole qui abrite des espèces en provenance de mille planètes, et protéger, non seulement Alpha, mais le futur de l’univers. (IMDB)

Tout d’abord, je dois parler de la relation entre Valerian (Dane DeHaan) et Laureline (Cara Delevingne). Comme le film n’est pas basé sur la première bande dessinée, nous avons la possibilité de voir une relation déjà bien établie entre eux. Dès qu’ils interagissent l’un avec l’autre, aucune question ne se pose, nous savons déjà qu’ils se connaissent depuis longtemps. L’une des principales choses que j’apprécie dans leur relation, c’est la façon dont Valerian est plus ou moins aveugle face à ce qui se passe entre lui et sa partenaire. Plusieurs fois, un sourire se dessine sur nos lèvres en le voyant tenter de se rattraper auprès de Laureline. Ces scènes ajoutent beaucoup au côté humoristique du film.

Bien qu’ils semblent ne pas être sur la même ligne de pensée quant à la façon dont les choses devraient être entreprises, il est toujours possible de voir, peu importe avec qui ils parlent, envers qui leur loyauté est dirigée et à quel point ils sont prêts à aller loin afin de sauver l’autre, et ce, même si cela signifie trahir des ordres immédiats de leurs supérieurs.

Maintenant, parlons de l’univers entier qui a été créé pour ce film. L’une des choses préférées, c’est que, peu importe l’endroit où se déroule l’action, on peut facilement distinguer une planète d’une autre. Chaque écosystème et planète représenté possède ses détails uniques qui les distinguent de leurs voisins. C’est ce qui rend l’Alpha un endroit incroyable. Comme mentionné dans le titre du film, il y a environ mille planètes représentées dans la cité et je lève mon chapeau à Luc Besson pour la façon dont elles ont été représentées. Les  différences présentes dans les différents niveaux de l’Alpha sont absolument fantastiques à voir, surtout quand Valérian parcourt beaucoup d’entre eux dans l’une des scènes. Aussi, la planète Muul est incroyable! Même si elle semble simple, il est possible de sentir sa puissance à travers l’écran et la façon dont ses habitans sont liés la nature.

Parlons des multiples espèces. Le maquillage et les costumes sont splendides! Pour les Pearls, leur peau a une certaine transparence et chaque détail séparant l’un de l’autre est incroyable! J’ai aussi aimé la façon dont, tout comme pour les planètes, chaque espèce est totalement reconnaissable, bien sûr, par leur apparence, mais aussi par la façon dont ils marchent, se déplacent, agissent ou par leur tics. 

Ces aspects esthétiques dans l’Univers général du film sont principalement dûs à la façon hors du commun qu’a utilisé Luc Besson pour créé un ensemble. En effet, le réalisateur, en plus d’avoir créé une bible de 600 pages détaillant précisément les 200 espèces présentes dans le film, a lancé un concours ouvert à tous les artistes. Ces derniers devaient chacun soumettre trois dessins. Il a par la suite réduit à 10 artistes pour finir avec 5. Durant un an, il leur a demandé de créer en se basant sur l’histoire et il les rencontrait seulement une fois par semaine par skype. La différence avec le fonctionnement habituel? Afin que leur liberté de création soit absolue (ou presque), il a interdit aux artistes de communiquer entre eux durant cette période. C’est cette liberté de création qui a permis de créer cet Univers où chaque élément  est à la fois unique et faisant parti de l’ensemble.

Quant aux effets spéciaux, comme vous avez dû vous en rendre compte par la bande-annonce, ils sont magnifiques. Tout ce qui a été créé à l’aide de ceux-ci, vivant ou non, ne semble pas faux ou fait par ordinateur, mais, au contraire, nous transportent dans le film et nous font oublier complètement que nous sommes assis dans une salle de cinéma.

Pour les fans assidûs de la bande-dessinée et de « The Fifth Element », vous avez probablement remarqué que des liens étaient visibles entre « Valérian et la Cité des Milles Planètes » et ce dernier. C’est tout à fait normal. Certains éléments de « The Fifth Element », tel la ville futuristique de New York, ont été basé sur le 15e livre de la série Valérian et Lauréline.

Alors, est-ce que je recommande ce film? ABSOLUMENT!!!!  Apportez vos amis, votre famille, vos enfants, vos neveux, qui vous voulez et laissez-vous transporter dans le monde magnifique, fou et plein d’action de Valérian et de Laureline.

PS: Faites-moi savoir ce que vous avez pensé de la 3D 🙂

Hello everyone!

Today I am talking about a movie that is based on a comic and just hit our theaters this past Thursday. It was directed and written by Luc Besson that is well-known for « The Fifth Element » and « Lucy ». I am of course talking about « Valerian and the city of a thousands planets ».

Based on the sixth album of the comic, the film presents the story of two special operatives, Valerian and Laureline, who must race to identify a marauding menace that is threatening Alpha, a vast metropolis and home to species from a thousand planets, and safeguard, not just the Alpha, but the future of the universe. (IMDB)

First of all, I need to talk about the relationship between Valerian (Dane DeHaan) and Laureline (Cara Delevingne). Since the film isn’t based on the first comic, we have the chance to see a more developed relationship between them. As soon as they first interact with each other, there is no question of « how long have they known each other », we already know just by how familiar they act. One of the main thing about that link between them that I love is the way Valerian is oblivious to what is happening between him and his partner. Many times, you will find yourself smiling at how innocent he can be when he is trying to make it up to Laureline. Those scenes add a lot to the humor side of the movie.

Even though they sometimes seem to not be on the same line of thoughts about how things should be handled, you can always see, no matter who they are talking to, to who they are loyal and how far they are willing to go in order to save the other, even if that means betraying immediate orders from their superiors.

Now, let’s talk about the whole universe that was created for this movie. One of my favorite things is that, no matter where the action is happening, we can definitely tell one planet from another. Each and every ecosystem and planet represented has its own personal details that make them distinguishable from their neighbor. That is what makes the Alpha an amazing place. On it, as mention in the title, there are about a thousand planet represented and doing so in a movie can be sometimes difficult considering that some of the species living there have similarities, but I raised my hat to Luc Besson for pulling it off the way he did. Those differences in the setting of the levels on the Alpha are absolutely fantastic to see, especially when Valerian is travelling through a lot of them in one of the scenes. Also, the Muul planet is beautiful! Even though it look simple, you can feel through the screen the beauty of the place and the way its people one with nature.

Talking about the different species, the make up and costumes are incredible! For the Pearls, their skin looks like it is somewhat transparent and every single detail that is separating one from another is amazing! I also loved how, same as for the planets, each species is totally recognizable by, of course, their appearance, but also by the way they walk, move, act or by their mannerism.

These aesthetic aspects in the general universe of the film are mainly due to the extraordinary way  Luc Besson used to create it. Indeed, the director, in addition to having created a 600 pages book  detailing precisely the 200 species present in the film, launched a competition open to all artists. The latter had to submit three drawings each. He eventually reduced to 10 artists to finish with 5. For a year, he asked them to create characters and settings based on the story and met them only once a week by skype. The difference with the usual way to do it? In order for their freedom of creation to be absolute (or almost), it was prohibited to the artists to communicate between each other during this period. It is this freedom of creation that made it possible to create this universe where each aesthetic element is both unique and connected.

As for the special effects, as you must have figured, they are beautiful. Everything that was created with the help of it, alive or not doesn’t look fake or computer made, but transports us inside the movie and makes us completely forget that we are sitting in a movie theater and not following Valerian and Laureline on their journey.

For the die hard fans of the « Valerian and Laureline » series and « The Fifth Element », you have probably seen some resemblance between the last one and « Valerian and The City of a Thousand Planets ». It is perfectly normal. Actually, some elements of « The Fifth Element » were inspired from the fifteenth volume of the graphic novel.

So…Do I recommend this movie? ABSOLUTELY!!!! And bring your friends, your family, your kids, your nephews, whoever you want and let yourself be transported into the beautiful, crazy and full of action world of Valerian and Laureline.

PS: Let me know what you thought of the 3D 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *